LES DESIGNERS
GRAPHIQUES
ANTOINE GROBORNE
SILVAIN JOBLIN
MATTHIAS RISCHEWSKI


Maison d’accueil spécialisée

Prestations : signalétique accessible, directionnelle, sectorielle, exécution, consultation d’entreprise, suivi fabrication, suivi pose.

Délais : retenu conjointement avec "La souris cours toujours" après appel d’offre, nous avons réalisé cette mission sur 4 mois.

Problématique
La Maison d’accueil spécialisée (MAS) de Couëron est un équipement qui accueillait 40 personnes polyhandicapées jusqu’en octobre 2014 (logement, activités et soins).

Le bâtiment des années 70 ayant atteint les limites d’accueil et ne convenant plus en terme d’accessibilité, une nouvelle construction sur le même site a été décidé ouvrant l’accueil à 20 personnes supplémentaires, 60 personnes réparties dans 6 unités de 10 places.

Autour de l’objectif d’une autonomie aussi grande que possible pour l’ensemble des usagers, deux problèmatiques ont émergé : celle de l’accessibilité d’une signalétique (volet technique), et celle de l’adhésion au projet (volet social).

En détail :
Quelles caractéristiques du nouveau bâtiment peuvent être soulignées pour rendre son usage plus évident ?
Comment et à quel point assurer l’accessibilité de sa signalétique pour un public polyhandicapé (physique et mental) ?
Comment participer à l’environnement visuelle du quotidien d’utilisateurs très sensibles aux changements ?
Comment et à quel point intégrer l’utilisateur polyhandicapé dans le processus de conception ?

Réponse
Le nouveau bâtiment est organisé en « unités de vie » (tel des maisons, ou des petits villages), qui sont groupés autour d’une « rue centrale circulaire » proposant des services communs (restauration, services de santé, d’esthétique et des activités…
Chaque unité est identifiable par une fleur (appellation et image), associé à un univers coloré en adéquation avec la fleur choisie.

Nous avons proposé une identification des unités par des fleurs et un langage photographique créant ainsi des « lieux repérables / mémorisables ». Les services ont été identifiés par des signes plutôt abstraits et différenciants.

Les interventions directionnelles sont en terme de hauteur, de contraste, matériaux et de dessin de caractères adaptées aux malvoyants et aux personnes à mobilité réduite. Le dessin des pictogrammes s’inspire de l’approche visuel du « langage Makaton », langage graphique et signé basé sur une représentation figurative. Ils sont ainsi adaptés aux usagers présentant un handicap léger et aux autres utilisateurs du lieu.

Le travail en relief des pictogrammes et des caractères prend en compte des usagers non-voyants.

Méthode
Un groupe de 20 polyhandicapés a participé au choix des fleurs représentant leurs quartiers de vie, par groupes de 10 lors de séances d’une heure.

Architecte GPAA.

Mots-clefs
Signalétique